Mon commentaire : J'ai beaucoup aimé et bien que ce soit une oeuvre de pure fiction, je l'ai lu et vu comme un documentaire sur une certaine réalité des réseaux terroristes islamistes. Ne pas négliger la lecture de la postface et la définition d'une katiba. La personnalité trouble de Jasmine est très intéressante, car nous pourrions tous à un moment ou à un autre nous y identifier quand nous sommes face à un choix qui quel qui soit, nous prédétermine avant toute chose. Le proverbe sénégalais en exergue résume très bien cela : " un chien a beau avoir quatre pattes, il ne peut pas suivre deux chemins à la fois".

Quatrième de couverture : Quatre touristes occidentaux sont assassinés dans le Sahara. L'attaque est signée «al-Qaida au Maghreb islamique», dont tout laisse à penser que les partisans veulent aller beaucoup plus loin et rêvent de frapper la France au cœur. L'événement est présenté par les médias comme un fait divers tragique mais il met en alerte les services de renseignements du monde entier. Au centre de leurs jeux complexes, Jasmine. Jeune fonctionnaire du Quai d'Orsay apparemment sans histoire, elle émerge peu à peu comme la pièce maîtresse d'une opération d'envergure inédite. Quels liens cette Française à l'élégance stricte entretient-elle avec le monde musulman ? C'est en démêlant les fils les plus intimes de sa vie que la vérité se fera jour et que le suspense, haletant, trouvera son dénouement. Complice, victime ou agent double, Jasmine incarne le mélange de répulsion et de fascination que le fondamentalisme religieux exerce inconsciemment sur chacun de nous.