LOGO_Dax

index

 

Mon commentaire : J'ai beaucoup aimé le rythme des mots, des phrases qui illustrent si merveilleusement les tourments de l'histoire et de l'âme souvent sombre des protagonistes. Tous les ingrédients sont réunis pour vous tenir en haleine d'un bout à l'autre de cette saga. Plus que de l'amour,de la haine, du pouvoir, de la fuite, je vous conseille de le lire comme un passionnant témoignage de ces basques qui ont vécu les horreurs de la guerre, le franquisme, l'exode américain et qui ont su garder si forte leur identité par delà les frontières et les époques.

 

Quatrième de couverture : Dans les familles basques, seul l'aîné hérite de tout. Il devient le chef de famille, le Maître de la Maison. Tout-puissant et incontesté, il règne sur les gens et sur les bêtes. Lorsque Germaïna, la fille Etcheverry, annonce qu'elle est enceinte, son père la chasse et la renie. Sa mère et Goïzane, sa jumelle, n'interviennent pas. Pour punir sa fille de cette atteinte à l'honneur de la Maison, le père va même tout mettre en œuvre pour faire assassiner l'homme qu'aime Germaïna et le bébé qu'elle porte. La jeune fille se réfugie en Espagne avec son amant, mais - nous sommes en 1936 - l'atroce guerre vient d'éclater. Commence alors pour elle une vie de souffrances et de combat, de Bayonne à Guéthary, de San Sabastian à Bilbao, pour aboutir à Guernica, la ville martyre des Basques, le jour funeste du bombardement. Pendant ce temps, à la ferme, Goïzane épousera Jon, le contrebandier qu'elle aime et qui, à la mort de son père, deviendra le Maître de la Maison Etcheverry. Le destin de ces deux sœurs va entraîner le lecteur dans un tourbillon d'amour et de haine, de vengeance et de luttes acharnées, jusqu'au châtiment final. A la ferme grandit Iloba, " le neveu ", le fils de sa sœur jumelle, Goïzane, sur lequel Germaïna opère une véritable captation. Il y a aussi Anaï, enfant aux origines mystérieuses que Goïzane fait passer pour son fils... Quelques années après la guerre, poussé par sa tante, Iloba fera partie des dernières vagues d'émigrés basques vers l'Amérique. Berger rêvant de cinéma, il perdra ses illusions dans le cauchemar hollywoodien, et au Nevada, dans la solitude de la Sierra, au milieu des troupeaux de moutons. Iloba, émigré en Amérique, sera le bras armé de la vengeance de Germaïna, et son frère adoptif, Anaï, prodige musical que le public s'arrache, en sera l'instrument innocent. Mais la main de fer du caudillo Franco s'abat de nouveau sur elle et sur la Maison qui renaît. Le passé tragique de Guernica resurgit alors et s'étend jusqu'à l'autre rive de l'Océan. Encore une fois Germaïna se dresse pour défendre la Maison Etcheverry...