Florence et toute l'équipe de France Loisirs Chapitre.com à Dax, reçoivent en dédicace le samedi 1er avril à partir de 15h, Maxbarteam et son "Palombes, Tursan et sale ami", publié aux éditions Cairn, dynamique maison paloise, dans la collection du Noir au Sud.

Quatrième de couverture : À Cazalets, petit village des Landes, rien ne va plus. Malgré l énergie déployée par les gendarmes le nombre de cambriolages explose, les actes de braconnage au gros gibier se multiplient et comme si cela ne suffisait pas, le jour de l ouverture de la chasse à la palombe, Jean Argelos, lou ganadère, chasseur bien connu est retrouvé sans vie au pied de sa palombière. Le capitaine de gendarmerie s impatiente et le sous-préfet s irrite pendant que le maire lorgne sur un gisement de gaz de schiste. Morgan et Marcel, l équipe choc de la brigade de gendarmerie de Cazalets parviendront-ils à dénouer ces intrigues gasconnes aussi tortueuses que ne le sont les méandres de l Adour ? Une chose est sûre, Morgan, en enquêteur très observateur, n est pas insensible au charme et aux yeux d Audrey la jolie pharmacienne.

Mon commentaire : Au premier regard sur la couverture, j'ai compris que j'allais passer un moment savoureux entre expressions imagées ( c'est un sacré pink floyd ), patois croustillant ( macarelle de dio biban ), descriptions de paysages landais magnifiques entre palombières et lmythique oiseau bleu. Très vite, l'auteur scrute et décortique les travers de la nature humaine cristallisés autour d'un meurtre. Tous les ingrédients pour tenir en haleine jusqu'au mot FIN sont réunis : adultère, jalousie, haine, envie, trafic ... et gourmandise !

Extrait : "Vers quinze heures et des poussières, Morgan rejoignit la brigade après avoir rechargé les batteries au restaurant local La bécasse dorée, établissement tenu par Maylis Bécut. Comme disait Marcel, un sac vide ne tient pas debout, lequel Marcel attendait le jeune Basque au bureau, tout en grignotant quelques merveilles merveilleuses que venait de lui cuisiner Berthine, sa douce moitié. Comme il n'était pas avare et aimait partager, il en avait descendu un plat entier à la brigade pour ses collègues gourmands. Les beignets dorés et couverts de sucre garnissant l'assiette ne firent pas long feu. Le dernier croquignole, abandonné tout seul au fond du plat, miraculeusement épargné par les gloutons, tendait désespérement les bras à Morgan. Touché par le cri de la bugne orpheline, le garçon ne se fit pas prier et avala la gourmandise en une seule bouchée qui le combla de plaisir."

Belle lecture à tous ...