Je vais vous présenter aujourd'hui "Au Centuple" de Jérôme Lafargue, publié aux éditions de l'Attente dans la collection Philox. Jérôme Lafargue est un écrivain de chez nous. Je vous dis ceci avec bien évidemment une pointe de chauvinisme ! Sa plume poétique, baroudeuse, impertinente parfois, nous emmène toujours au delà du quotidien et de nos dimensions étriquées. Voici comment il présente lui-même cet opus ovniesque :

Quatrième de couverture : "Au centuple" est un projet un tantinet dérisoire qui a au moins le mérite de m'amuser. Cent histoires, réelles ou fictives, en cent mots et en cent jours. Rien ne vous oblige à les lire en cent secondes ou en faisant les cent pas. Si vous souhaitez pimenter l'expérience en effectuant cent pompes ou cent tractions au cours de la lecture, sentez vous libre ! "Au centuple" se termine au numéro 100. Si l'ennui ou la démence me gagnent, il y aura peut être un jour cent "Au centuple". Bien entendu, est il vraiment besoin de le préciser, ce billet comprend cent mots.

Mon commentaire : J'ai eu la surprise un matin sur Facebook de découvrir ce challenge personnel de l'auteur : écrire cent textes, en cent jours et cent mots. Billets pleins de poésie, de causticité parfois, d'autodérision aussi, libres selon l'humeur du moment, magnifiquement illustrés et encadrés par des mosaîques créées par sa muse, son épouse Fougère, en une création commune, à l'image de leur compagnonnage, leur amour. Je vais vous en lire un billet :

Extrait :"La petite forêt secrète du promeneur n'est pas répertoriée par les cartes, qui ne voient en cet endroit qu'étang ou ferme isolée selon les cas. Il y accède par la prairie, bifurquant sur un sentier enveloppé de brume. Des branches joueuses surgissent de part et d'autre. Le temps de s'y frayer un passage qu'apparaît un boqueteau. Chênes, châtaigners surtout, avec d'autres, singuliers, comme en villégiature. Quelques fougères en guise de sous-bois. Il s'adosse au vieux liquidambar, rêvasse, s'assoupit parfois. A la lumière tombante, il devient une silhouette fragile épousant la quiétude de l'arbre. Il est là où il doit être. "

Belle lecture à tous ...