index

 

Je vais vous présenter aujourd'hui "Un souffle sauvage" de Jérôme Lafargue, écrivain landais, publié aux Editions du Sonneur, dans la collection " Ce que la vie signifie pour moi". Le nom de cette collection est un des titres emblématiques de l'oeuvre de Jack London, homme aux multiples vies et qui fit aussi, outre ses livres remarquables, un important travail de reporter photographe. Elle regroupe ainsi des écrivains, des philosophes, des scientifiques, des peintres, des musiciens qui rêvent la vie contemporaine d'une manière absolue. Voici ce qu'en dit l'éditeur :

Quatrième de couvertureVoici l'histoire d'un jeune homme et d'une forêt. Ou bien, voici l'histoire d'un jeune homme et de son père. À moins que ce ne soit l'histoire d'un jeune homme avec lui-même, avec des envies de se libérer, des désirs de s'inventer. 
Dans Un souffle sauvage, Jérôme Lafargue, lui si à l'aise avec la fiction, le débridé et même le fantasque, ose pour la première fois se mettre en scène, dire " je ". Il fait le choix du récit, le choix de l'authenticité, de la conviction. Raconter ce que la vie signifie pour lui, c'est nous emmener en sa compagnie sur un chemin des Landes, entre forêt et océan, silence et rugissement. Ici, parmi les arbres, ses presque frères, il arpente son histoire, remonte le temps, cherche les racines, et prend son envol. Il dit les émotions, la solitude, le partage, l'indomptable beauté des espaces sauvages, une sorte de sérénité qu'il porte à fleur de mots. Il nous invite à cheminer dans son paysage littéraire, ses lectures et son travail d'écriture qui palpitent sans cesse en écho, et font de lui un écrivain. Un homme qui regarde le monde... et écrit des histoires.

Mon commentaire ; Dès les premiers mots, j'ai ressenti cet attachement viscéral à ce coin des Landes qu'il me semble reconnaitre, gardant jalousement imprécis les accès à ces lieux magiques où le bleu du ciel et de la mer se fondent dans la verte cime de la forêt de pins. C'est un livre très intime, écrit à la première personne,de cette intimité rugueuse et silencieuse qui indissolublement lie un père et son fils et dont parfois, par les aléas de la vie, les rôles sont inversés...Deux symboles magnifiques jalonnent le récit : un long chemin de traverses et le pin fièrement dressé vers le ciel ... Allégorie et réalité du chemin de vie sinueux et du compagnon de route ... Jérôme Lafargue grandit et mûrit et avec ses mots-poèmes, oscillant entre réalité et merveilleux, bonheur et douleur, nous peint quelques saisons de vie, de sa vie réelle ... et révée ...

Belle lecture à tous ...