51MrP9tghTL

 

Je vais vous emmener aujourd'hui sur le Tour de France avec "Ca flingue sur la grande boucle" de Max Barteam, publié chez Cairn, magnifique maison d'édition à Pau. C'est le coup de coeur de Florence et son équipe à la Librairie France Loisirs à Dax, et qui reçoit Max Barteam.

Quatrième de couverture : Lors de l'étape du Tour de France conduisant les coureurs de Bergerac à Dax, alors que la fête bat son plein, un drame se produit sur la ligne d'arrivée. Accident, meurtre, assassinat, la fine équipe composée du chef Morgan et du gendarme Marcel s'empare de l'affaire et compte bien éclaircir cette énigme. Les investigations s'avèrent plus complexes que prévu. Entre chicanerie au conseil municipal de Dax, commerce de produits interdits, petites magouilles de coureurs, luttes acharnées entre équipes pour l'obtention des maillots distinctifs si lucratifs, nos deux gendarmes pénètrent dans le coeur éphémère du Tour de France. Le chef Morgan, sous la pression de sa tendre épouse Maïténa, ne peut renoncer à ses vacances et doit abandonner l'enquête. Mais Marcel sedévoue corps et âme pour obtenir le maximum d'un témoin capital, la belle infirmière irlandaise Bédélia. Il jouera de tout son charme pour y parvenir, et plus si affinités…

Mon commentaire : J'ai été immédiatement emportée par le rythme de cette course mythique, rythme que l'on retrouve dans la manière dont les protagonistes mènent l'enquête. Il faut faire vite : le tour est si vite passé, et les preuves si éphémères. L'auteur,qui vit dans la forêt landaise, au bord de l'océan, a magnifiquement retranscrit la beauté de nos paysages, l'athmosphère de nos villes et villages. Mais plus que tout, il analyse les tourments de l'âme humaine en laissant à chacun, au-delà de sa part sombre, la possibilité d'une rédemption. Voici les premiers mots :

Extrait : "François s'était arrété quelques instants devant la fontaine chaude et regardait couler cette eau bouillonnante, don de Dieu pour sa belle cité thermale. Comme presque tous les matins dès l'aube, quoiqu'il arrive, il ne dérogeait pas à sa promenade au coeur de la ville. Ces quarant cinq minutes de marche, quelles que soient les conditions météo, lui permettaient d'entamer sa journée dans les meilleurs conditions physiques et intellectuelles."

Belle lecture à tous ...