Je vous propose aujourd'hui de me suivre dans une magnifique balade le long d'un fleuve magique aux multiples visages, grâce à Serge Airoldi et son livre "Adour, histoire fleuve", préfacé par Jean-Paul Kauffmann et publié chez l'Eveilleur, fille de la très belle revue Le Festin.

Quatrième de couverture :A l'extrème Sud-Ouest de la France, le fleuve Adour s'étire sur près de 335 km, de ses origines pyrénéennes jusqu'à l'océan Atlantique. En ces paysages mouvants qui le bordent, se sont établies des vies et des manières d'être. De l'univers complexe des gaves, des saligues et des barthes, resurgissent des visages, nous invitant à des "haltes, des temps d'arrêt où l'on admire une vie ou une destion comme si l'on contemplait un site remarquable ou un point de vue", comme le souligne Jean-Paul Kauffmann que ce livre a ému. Guillaume Sanche et les Vikings, Saint Vincent de Paul, l'impératrice Eugénie, les écrivains Roland Barthes et Bernard Manciet, Zaza Lacoin et son amie Simone de Beauvoir, le photographe Michel Dieuzaide, Ramon Mercader, futur meurtrier de Trosky ... composent la galerie des illustres et anonymes de cette "histoire fleuve", laquelle s'apparente à une forme ensorcelante de dépaysement. A la manière du Claudio Magris de Danube, du Jean-Paul Kauffmann de Remonter la Marne ou du Paolo Rumiz de Pô, le roman d'un fleuve, Serge Airoldi, à la fois humble et entreprenant, se nourrit des histoires glanées le long de ce ruban d'eau aux multiples géographies pour révéler la beauté d'un fleuve méconnu.

Mon commentaire : J'ai retrouvé avec un plaisir quasi sensuel l'écriture savoureuse de Serge Airoldi, nourrie d'une très grande érudition et d'un amour gourmand de l'autre dans sa dimensions créatrice... Je descends avec lui le long de ce fleuve ... Rive droite ... Rive gauche ... Je découvre ou redécouvre des lieux traversés avec mon père ... J'y retrouve cette luminosité si particulière, ces couleurs si intenses .. Et des hommes .. des femmes ... si riches intérieurement de leurs talents ... si humbles dans leur don de soi ... Jean-Paul Kauffmann écrit une très jolie préface mettant en parallèle son propre cheminement le long de la Marne. Il écrit : Dans cette descente vers l'océan,tous ces personnages servent de points de repère. Ils sont comme des haltes, des temps d'arrêts où l'on admire une vie ou un destin comme si l'on contemplait un site remarquable ou un point de vue. Et puis le fleuve se jette dans la mer " pour connaitre une autre vie "...

Belle lecture à tous ...