Je vous emmène aujourd'hui, non sur un lieu géographique mais sur 4 chemins de vie à un moment où tout peut basculer sur une seule décision. "Semblant sortir du noir" de Marie-Laure Hubert Nasser, est publié chez Passiflore, magnifique maison d'édition dacquoise.

Quatrième de couverture : Le destin ne s’accomplit jamais selon nos plus belles espérances. Il nous surprend, nous renverse parfois, nous bouleverse souvent.
Nawel ne veut pas quitter sa maison et ses parents, même si elle sait que son avenir est compromis dans son pays en guerre. Luc ne peut imaginer rompre avec sa femme alors que leur vie conjugale s’est transformée en cauchemar, il garde l’espoir d’une famille unie, comme ses parents avant lui. Georgia refuse de quitter son enfance et de prendre la route comme son père le lui a demandé. Et Mélanie rejette de toutes ses forces la célébrité, même pour permettre à l’homme de sa vie de réaliser son rêve.
Faut-il croire qu’un chemin tout tracé guide nos pas, malgré nous ?

Mon commentaire : Je découvre une écriture fascinante. Des phrases courtes, parfois sans verbe, pour marquer l'instant qui glisse dans une autre dimension. Des phrases longues et fluides comme le temps qui passe sans espoir de retour... 4 situations extrèmement contemporaines ... 4 âmes qui souffrent ... Emportées dans un maelström  de sentiments et d'évènements qui les dépassent. De 4 faits banals aujourd'hui, Marie-Laure Hubert Nasser en fait 4 moments d'exception, où l'homme sort grandi.  Déclinaison autour de l'abandon avec toujours cette possibilité de résilience et cette question qui transcende notre humanité : est ce que tout est vraiment écrit à l'avance ?

Extrait : "Je pars pour le bien. Je laisse la souffrance. Les batailles absurdes qui abandonnent les enfants errants dans les rues éventrées. Mon pays meurt. L'après-guerre l'assassine. L'espoir exhale des signaux faibles. Mes parents résistent, pions vacillants sur un jeu d'échecs. En équilibre entre deux tirs de balles. Deux trêves. Conjurant la terreur. Etouffant la faim. Balayant la folie. Je suis une rescapée. J'abandonne l'essentiel pour fuir le pire."

Belle lecture à tous...