index

Je vais vous présenter aujourd'hui "Le petit garçon sur la plage" de Pierre Demarty, publié aux éditions Verdier.

Quatrième de couverture : Un soir d'été, un homme, dans une salle de cinéma, est bouleversé par l'image d'un enfant abandonné sur une plage. Quelque temps plus tard, une autre image, d'un autre enfant, sur une autre plage, vient en écho raviver en lui cette émotion violente et incompréhensible. Ces deux images, s'embrasant au contact l'une de l'autre, vont révéler les fêlures intimes de cet homme qui jusqu'alors se croyait à l'abri des soubresauts du monde et des remuements du coeur. De réminiscences en visions, sa vie vacille en silence, débordée par une lame de fond qui renverse et transfigure tout sur son passage : les certitudes, les beaux jours insouciants, l'enfance perdue, ses mystères et ses châteaux de sable, et le regard fragile, d'amour et d'effroi mêlé, que portent sur leurs fils les hommes qui sont un jour devenus des pères.

Mon commentaire : Je l'ai lu d'une traite, avide de cet amour si fort et si fragile, happée par une écriture exigeante. Alternant les instantanés pour décrire une image, et le récit pour raconter le souvenir, les sentiments, les peurs, l'auteur redonne à l'évènement sa place dans l'échelle de valeurs de l'humanité : on ne devrait jamais voir un enfant mourir de la folie des hommes. D'un fait dénaturé par l'excitation médiatique, il redonne avec la lecture paternelle, toute la dimension tragique et unique de l'amour qui ne peut protéger au-delà de ses propres félures ...

Extrait : "Il faut les voir et il les voit, il les regarde, cet été-là, frappé de stupeur devant ces deux titans minuscules qui mettent le monde au feu et au sang de leurs ruades et que le soir venu, exténués, domestiqués, il endort d'un baiser dans les cheveux puis laisse dans le noir, abandonne au sommeil, à la merci de leurs rêves mystérieux d'enfants. Avant de se retirer à pas silencieux, il dépose en viatique, au creux de leurs oreilles, quelques murmures fredonnés, la chanson dont il les berce rituellement, chaque soir, depuis le jour de leur naissance, la berceuse qui cependant ne les empêchera pas, comprend-il plus que jamais cet été-là, de connaitre eux aussi les fantômes, de s'aventurer un jour, eux aussi, sur les rivages désolés, les contrées étranges et dangeureuses où se rencontrent, pleurant, hurlant, seuls, les petits garçons sur la plage."

Belle lecture à tous ...