index

Grâce à Stéphane Lambert, croisé lors des Rencontres à Lire à Dax en 2016, j'ai eu une véritable révélation sur le lien inextricable entre littérature et peinture ... entre musique et peinture ... entre création et solitude intime et ultime .. Ces mots si délicats qui effleurent des êtres hors du commun ... des destins presque inhumains ... Nicolas de Staël, Mark Rothko ou Claude Monet sont toujours à portée de main, du regard ...Pour approcher l'incommensurable profondeur de l'oeuvre ...

Quatrième de couverture : Mark Rothko est né en 1903 à Dvinsk dans l'Empire Russe - aujourd'hui Daugavpils dans le sud-est de la Lettonie - sous le nom de Marcus Rothkowitz. à la fin des années 30, il abandonne le suffixe de son patronyme et adopte la nationalité américaine. C'est après la Seconde Guerre mondiale que va s'affirmer ce qui fera la notoriété internationale de sa peinture : ses célèbres écrans de couleur. Dans le courant des années 60, il réalise son oeuvre maîtresse : un ensemble de panneaux obscurs pour une chapelle qui portera son nom à Houston. Il se suicide en 1970.

Extrait : "... Entre ces deux points que séparent un océan et plusieurs révolutions, la sensation d'un écartèlement. Douze jours de mer. Et d'autres de terre. Le tout absorbé par les yeux d'un enfant. Frappé par l'évidence : Rothko a inventé un pays imaginaire logé dans la ligne de faille. Le défilement des images fondues en une seule. Ou plus exactement : la résurgence d'un fond avant qu'il se fragmente. Le monde hors de sa réalisation. Origine et destination brouillée sous la solution idéale de la couleur. Espace détaché des années comme un morceau  de banquise flottant au milieu d'une mer égarée. Et s'y dissolvant. Ce sont là les premières impressions."

"Tenir ouvertes les grandes routes qui mènent de ce qu'on voit à ce qu'on ne voit pas"  Maurice Maeterlinck

Belle lecture à tous