index

Serge Gainsbourg, poète magnifique du XXème siècle, frère d'Apollinaire, Modigliani ou Fauré, nous livre dans un conte "parabolique" sa vision d'un monde scatologique ... Orfèvre des mots ... Horloger de la musicalité ... Maitre en causticité et tragédie humaine ... Et avec, malgré tout, une douceur élégante si triste ... 

Quatrième de couverture : Auteur, compositeur, chanteur, photographe et metteur en scène, Serge Gainsbourg a écrit le roman d'un peintre, Evguénie Sokolov. Un peintre génial et solitaire. Mais quel est le secret de son génie, de ce vibrato du dessin, de cette manière " sismographique " qui fait sa gloire ? C'est ce mystère que révèle le roman. Un style froid et précis ajoute à la provocation d'un récit qui expose le destin le plus insolite que l'on puisse imaginer. Sarcastique et drôle, pour raconter une tragique histoire, Serge Gainsbourg nous propose en fait une " allégorie ".

Extrait : "Ainsi , me disais je dans l'obscurité de la nuit alors qu'en vain je cherchais le sommeil, les pestilences prémonitoires de ma mort corporelle allaient servir à véhiculer et transcender ce qu'il y avait de plus pur, de plus vivace et de plus désespérement ironique dans le tréfonds de mon esprit créatif, et après tant d'années vouées à la technique picturale, tant de jours passés à émettre mes gaz face aux cimaises d'où irradiait le génie des grands maîtres, ces lignes brisées frêles et tortueuses venaient de me débarrasser à jamais de mes inhibitions"

Belle lecture à tous ...