index

 

Je vais vous présenter aujourd'hui "La Vraie Vie' d'Adeline Dieudonné, publié chez l'Iconoclaste.

Quatrième de couverture : C'est un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. Chez eux, il y a quatre chambres. La sienne, celle de son petit frère Gilles, celle de ses parents, et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. La mère est transparente, amibe craintive, soumise aux humeurs de son mari. Le samedi se passe à jouer dans les carcasses de voitures à la décharge. Jusqu'au jour où un violent accident vient faire bégayer le présent. Dès lors, Gilles ne rit plus. Elle, avec ses dix ans, voudrait tout annuler, revenir en arrière. Effacer cette vie qui lui apparait comme le brouillon de l'autre. La vraie. Alors, en guerrière des temps modernes, elle retrousse ses manches et plonge la tête la première dans le cru de l'existence. Elle fait diversion, passe entre les coups et conserve l'espoir fou que tout s'arrange un jour .

Mon commentaire : "La Vraie Vie" est un premier roman. Est ce vraiment important de le souligner ? Vous l'oubliez vite dès les premiers mots ...

Extrait : A la maison, il y avait quatre chambres. La mienne, celle de mon petit frère Gilles, celle de mes parents et celle des cadavres. Des daguets, des sangliers, des cerfs. Et puis des têtes d'antilopes, de toutes sortes et de toutes les tailles, springboks, impalas, gnous, oryx, kobus ... Quelques zèbres amputés du corps. Sur une estrade, un lion entier, les crocs serrés autour du cou d'une petite gazelle. Et dans un coin, il y avait la hyène ...

Mon commentaire : Cette hyène symbolise dans l'esprit des enfants, l'âme maléfique de cette maison, qui a emporté il y a bien longtemps, l'esprit de famille. Elle cristallise toutes les horreurs d'une enfance malmenée par les dérives des adultes. Adeline Dieudonné dit la violence d'un père enfermé dans ses propres souffrances, et qui ne sait communiquer qu'avec brutalité; l'effacement d'une mère assommée par l'innommable; un petit frère réfugié au plus profond de lui-même. La jeune adolescente, d'une intelligence à la Marie Curie, utilise pour survivre, cette extraordinaire faculté de réver la vraie vie, sa vraie vie, grâce aussi à des rencontres particulières. L'enfant qui reste en elle, découvre dans le chaos des adultes, leurs fragilités, leurs failles. Adeline Dieudonné a une très jolie plume, fougueuse, rythmée et pleine d'espoir sur les possibles, nous laissant en filigrane, le message que nous sommes maîtres de notre vie, de nos rêves ...

Belle lecture à tous ...