24 mars 2015

La Villa Belza - Bernadette Pécassou-Camebrac

          Mon commentaire : J'ai adoré ce livre parcequ'il m'a raconté une histoire sur une maison que j'ai vue toute mon enfance, abandonnée au dessus des flots sur un piton rocheux. J'ai vu ces fantômes des années folles vivre leurs passions derrière des fenêtres poussiéreuses. J'au vu ces poètes et ces musiciens se déchirer, s'aimer, créer... Quelle jolie peinture d'une époque révolue où tout semblait possible dans un monde où le progrès technique emportait les hommes à toute vitesse. Quelle... [Lire la suite]
Posté par Madame C de D à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 février 2015

Humeur

  La recherche de l'essence d'un livre est si aléatoire, si entachée par notre incapacité à nous mettre à la place de l'autre qu'il ne peut y avoir d'universalité à transmettre dans un total détachement.....Quand nous tournons les pages une à une, nous sommes dans un état de souffrance ou de bonheur, d'amour ou de haine qui tronquent et travestissent le message premier de l'auteur....
Posté par Madame C de D à 17:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2015

La faiseuse d'anges - Camilla Läckberg

Mon commentaire : Efficace....comme d'habitude ;-) ....Beaucoup de plaisir à tourner les pages....Evasion assurée .....Quels délices de voir révelés les travers de la nature humaine....confortablement assise dans un bon fauteuil et devant un lumineux et chaleureux feu de cheminée !!!! Quatrième de couverture : Pâques 1974. Sur l'île de Valö, aux abords de Fjällbacka, une famille disparaît sans laisser de traces. La table du dîner est soigneusement dressée, mais tous se sont volatilisés, à l'exception de la fillette d'un an et demi,... [Lire la suite]
Posté par Madame C de D à 23:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2015

Le maître des illusions - "les choses terribles et sanglantes sont parfois les plus belles..." - Donna Tartt

Mon commentaire : Happée dès les premières lignes....haletant...envoutant...Des soirées étudiantes aux rites dionysiaques, des amitiés fidèles ou ambiguës au crime de sang, chaque épisode du roman conduit le lecteur à partager avec le narrateur la troublante séduction de cette confession qui nous est imposée presque par la force .....et pourtant presque impossible de fermer ce livre avant le dernier mot...Une histoire de trouble amitié, de fascination et de perte de soi....Un récit vertigineux.... Quatrième de couverture : Fuyant... [Lire la suite]
Posté par Madame C de D à 23:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2015

Baldursdöttir - L'esquisse d'un rêve - Kristin Marja

Mon commentaire : Histoire intéressante dans l' approche d'une contrée et d'une période qui m'est peu connue. Mais j'ai trouvé le style manquant parfois de fluidité peut être pour marquer la rudesse de la vie de cette jeune femme en opposition à son talent artistique...Voyez mon commentaire, je peine à exprimer mon ressenti....et vous ? Quatrième de couverture : Au début du XXe siècle en Islande, Karitas, jeune femme issue d'une famille modeste, jure qu'elle sera seule maîtresse de son destin. Vouée à saler le poisson comme ses... [Lire la suite]
Posté par Madame C de D à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2015

La voleuse de livres- Quand la Mort vous raconte une histoire, vous avez tout intérêt à l'écouter - Markus Zusak

Mon commentaire ;  Envoutant est bien le terme....déroutant... et par moment repoussant....Est ce le rapport si particulier avec la Mort qui regarde parfois d'un regard terriblement amusé ce petit bout animé d'une féroce envie de vivre ? Les sentiments sont parfois détournés dans la tourmente nazie...Le magie de l'histoire passe par ce livre qui lui sauve la vie....puis par tous les autres, volés un à un, comme au hasard....comme des bouts de vie qui lui sont donnés alors que la Mort en fauche tant autour d'elle....dans un... [Lire la suite]
Posté par Madame C de D à 22:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2015

"L'ombre du vent" Carlos Ruiz Zafon

Mon commentaire : Quelle magnifique et terrible allégorie que ce cimetière des livres oubliés !!!! Très pertinente dans cette accélération du tout internet...au même titre que "1984", "Farenheit 451" ou "Le meilleur des mondes"..A la perte de l'idée, du concept, et donc de la liberté ( choix du contexte historique ..).La poésie en plus....C'est un hommage vibrant aux livres,  à la passion obsessionnelle parfois que ceux-ci peuvent susciter au point de s'y perdre. Mon rêve parfois....Entrer dans une vieille boutique qui parait... [Lire la suite]
Posté par Madame C de D à 18:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 janvier 2015

" Le livre de sable " Jorge Luis Borges

Mon commentaire : Ces 13 nouvelles sont toutes uniques et pourtant un fil conducteur les relient dans la recherche de soi et son expression fantastique. Maître incontesté des lettres argentines, Jorge Luis Borges ilustre l'âme sud-américaine dans ce qu'elle a de désespéré, ce chemin choisi et mené jusqu'au bout, sachant pourtant que ce chemin est sa perte dans une quête inexorable d'absolu...destructeur. Effectivement, j'y ai retrouvé avec bonheur des accents de Wells, Swift ou Poe....Je rajouterais Lovecraft  pour la... [Lire la suite]
Posté par Madame C de D à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2015

" Le vrai jour " Lise Deharme -" Farouche à quatre feuilles " A. Breton, L. Deharme, J. Gracq, J. Tardieu - Les Cahiers Rouges

  Préface de Marcel Schneider : ..." Lise Deharme avait les doigts verts. Tout ce qu'elle confiait à la Terre prenait racine, portait fleur et fruit. Ne nous étonnons pas que son Farouche à quatre feuilles ait si bien réussi : elle a fait du farouch ( c'est ainsi qu'on appelle le trèfle incarnat dans le Midi ) le réceptacle éveillé des poètes. Farouche, il l'est assurément. Un rien le trouble, le dissipe, le fait tomber dans le néant"... ..." André Breton l'appelle " la dame au gant " dans Nadja à cause d'un certain gant de... [Lire la suite]
Posté par Madame C de D à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2015

" Le pays sous l'écorce" Jacques Lacarrière

Mon commentaire : Poème sublime au léger accent de Lewis Caroll,.... doux délire d'un ex hominien se réfugiant sous l'écorce d'un arbre....comme s"extirpant d'une sombre chrysalide pour rejoindre le monde lumineux d'un loir, d'un criquet, d'un hibou, d'une anguille, d'un boa, d'un escargot, d'une grue cendrée ou d'un vers luisant...les mots rebondissent d'images en images si proches de la réalité et pourtant si différentes, ils deviennent musique, esquisses....j'ai été emportée immédiatement dans un monde parallèle où l'homme n'est... [Lire la suite]
Posté par Madame C de D à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]