51qtPZQoW6L__SX355_BO1,204,203,200_

Je vais vous présenter aujourd'hui "Waterman, la vie aquatique et terrestre de Duke Kahanamoku" de David Davis, publié chez Atlantica, magnifique maison d'édition sur la côte basque à Biarritz.

Quatrième de couverture : Bien avant que Mark Spitz et Michael Phelps ne découvrent les prémices de la nage, Kahanamoku émergea des eaux lointaines de Waikiki pour devenir la première superstar américaine de la natation olympique. Le premier « poisson humain » établit plusieurs douzaines de records mondiaux et resta au sommet de cette discipline pendant bien plus de dix ans. Sa rivalité avec Johnny Weissmuller transforma la compétition de natation d un spectacle anodin et marginal en un événement majeur. Kahanamoku utilisa sa renommée olympique pour faire connaître au monde le surf, une activité jusqu alors quasiment inconnue au-delà de l archipel hawaiien. Fièrement campé sur son longboard traditionnel en bois, il propagea le surf de l Australie à Hollywood et de la Californie au New Jersey. Nul autre athlète américain n a eu plus d influence que lui sur ces deux sports et pourtant, il demeure une figure énigmatique et méconnue : un Polynésien à la peau bronzée qui fit face à l ignorance et au racisme bien avant Joe Louis, Jessie Owens et Jack Robinson. Le lien étroit de Kahanamoku avec sa terre natale était essentiel. Né dans un royaume d Hawaii encore indépendant, il fut shérif d Honolulu pendant la Seconde Guerre mondiale et devint ensuite l ambassadeur mondial de l esprit aloha jusqu à sa mort en 1968, neuf ans après l accession d Hawaii au statut de cinquantième état des États-Unis.

Mon commentaire : Cet ouvrage est un véritable et magnifique documentaire humain, sportif, social et historique. De nombreuses illustrations, sous forme d'affiches, photos, dessins, poèmes, articles de journaux, ponctuent cette biographie étonnante qui rend hommage à l'homme qui a frôlé l'un des mythes les plus anciens de l'humanité : l'homme-poisson, le waterman. Avec une aura messianique, Duke Kahanamoku a ainsi porté le surf au firmament des sports nobles. En exergue de ce livre, cette phrase d'Anne Kellerman qui illustre cette personnalité hors du commun : l'homme le plus comblé est celui qui nage suivant son cap nuit et jour et qui oublie ainsi amertume et menace ...

Belle lecture à tous