index

Je vais vous présenter aujourd'hui "Les pêcheurs de sable" de Serge Nicolo, publié chez Cairn, magnifique maison d'édition paloise.

Quatrième de couverture : Un surfeur est retrouvé mort sur une plage du Maroc. A première vue, il s'agit d'un accident mais la mère et la soeur de la victime refusent d'y croire. Face à la passivité des autorités, elles se tournent vers Antoine Mesabki, un enquêteur privé. Les deux femmes, aussi belles que troublantes, vont le convaincre de se lancer dans des recherches qui le conduiront de Toulouse à Rabat, en passant par le piémont pyrénéen. Sur sa route, il va débusquer entrepreneurs véreux, barbouzes et autres politiciens pas très nets. Il va aussi lever le voile sur un énorme scandale écologique. Une ressource naturelle qui est la plus consommée après l'eau. Une matière première indispensable qui excite les convoitises. Antoine va découvrir… la valeur du sable.

Mon commentaire : Ce roman dépasse très largement le cadre d'un simple polar en ouvrant la réflexion sur un des plus grands enjeux du XXIème siècle : la préservation des ressources naturelles pour la pérennité de l'humanité. Serge Nicolo s'est appuyé sur de nombreux articles de presse dont vous trouverez la liste en fin de livre et l'idée de cette histoire dramatique lui est venue de l'excellent documentaire de Denis Delestrac, diffusé en 2013 sur ARTE : "Le sable, enquête sur une disparition". J'ai beaucoup aimé l'écriture qui alterne de très courts chapitres qui donnent détails et explications sur l'histoire, l'économie, le trafic parfois de cette matière première qu'est le sable, avec l'intrigue proprement dite qui nous emmène de Toulouse aux terres chaudes du Maroc. Reprenant les ingrédients traditionnels d'un bon polar qui décortique tous les travers de l'âme humaine, entre haine, lâcheté, convoitise mais aussi force et détermination, Serge Nicolo nous propose une réflexion sur notre capacité à transcender les intérêts véreux afin de mettre en place une écologie humaine responsable. Les rassemblements de plus en plus nombreux en faveur du respect de la planète et du climat semblent montrer un éveil des consciences. Mais comme le disent les anciens, l'Histoire est une éternel recommencement. Gide écrivait : tout a été dit mais comme personne n'écoute, il faut recommencer ...

Belle lecture à tous ...